Sorry, this entry is only available in French.

Campaign for a Commercial-Free Childhood (CCFC) est une coalition nationale américaine de professionnels de la santé, d’éducateurs, de groupes de défense, de parents et d’individus qui vouée à limiter l’impact de la culture commerciale sur les enfants. Elle propose 7 conseils pour les parents qui souhaitent débrancher un peu des écrans. En voici la traduction :

Source texte et photos : https://commercialfreechildhood.org/pf/7tips/
Traduction : à partir de Google Traduction, le 31 décembre 2020

Que fait la réduction du temps d’écran pour une famille? Non seulement cela ouvre plus de temps et d’espace aux enfants pour explorer, jouer et imaginer, mais cela aide les familles à suivre des routines plus fluides et à découvrir de nouveaux passe-temps et intérêts. De plus, il encourage les enfants à adopter de saines habitudes et aide également les soignants à se reconnecter!
Vous ne savez pas par où commencer? Inspirez-vous de ces sept parents de la région de Boston qui ont participé à nos ateliers Healthy Kids in a Digital World et réduit le temps passé devant les écrans chez eux! Que vous souhaitiez vous passer complètement d’écran dès le début ou essayer quelques repas sans écran chaque semaine, lisez la suite pour voir comment ces familles l’ont fait et ce que la réduction du temps d’écran signifiait pour elles.

1- Remplacer le mobilier

Transformez votre salon en un lieu d’échange familial et de jeu en disposant les meubles de manière à ce que le téléviseur ne soit pas au centre de la pièce.

Melissa pensait que ses fils, Azariah (4 ans) et Caleb (2 ans), passaient trop de temps avec les écrans. Au cours d’une semaine normale, ils regardaient trois heures de télévision en semaine et deux heures par jour le week-end. Alors, Melissa a décidé d’apporter des modifications aux espaces dans lesquels ses fils passaient habituellement du temps.

Premièrement, Melissa a déplacé la télévision du salon vers le bureau de la famille. Ensuite, elle a transformé le vieux meuble de télévision en table d’activités pour Azariah et Caleb, où ils pouvaient jouer avec leurs jouets, utiliser de la pâte à modeler, créer des œuvres d’art, manger des collations, et plus encore.

Melissa avait raison de penser que ses fils pourraient bénéficier de moins de temps à l’écran. Les recherches montrent que les jeunes enfants qui regardent plus d’émissions de télévision augmentent l’agressivité1, mais les enfants qui passent moins de temps avec les écrans passent plus de temps avec leur famille2,3 s’endorment plus vite, 4 dorment plus longtemps5,6,7 et ont plus de temps pour jeu créatif.8

Il y avait quelques bosses sur la route au début – mais le changement en valait la peine!

«Lorsque nous avons déplacé le téléviseur du salon pour la première fois et que nous avons cessé de laisser les garçons le regarder, j’ai remarqué qu’ils étaient agressifs les uns envers les autres. C’était comme s’ils ne savaient pas comment interagir gentiment! » Melissa a déclaré: «mais après un certain temps sans temps d’écran, ils ont commencé à utiliser leur imagination beaucoup plus et ont appris à se divertir. Ils se battent encore parfois, bien sûr, mais ils s’entendent tellement mieux maintenant.

Maintenant, Azariah et Caleb n’ont plus de temps à l’écran et le mari de Melissa aime que le salon se sente «plus comme une salle familiale» maintenant. Mieux encore, la famille passe désormais plus de temps ensemble, comme jardiner quand il fait assez chaud!

2 – Commencez la journée sans écran

Créez une routine matinale qui n’implique pas d’écrans.

Mirei avait du mal à habiller Connie, 4 ans, et Kai, 21 mois, et être prêtes à quitter la maison tous les matins. Mirei laissait souvent Connie regarder la télévision tout en préparant Kai, mais elle voulait essayer quelque chose de nouveau.

Alors, elle a supprimé les écrans de la routine matinale des enfants. Les résultats l’ont étonnée.

«Je pensais que la télévision aidait le matin, mais cela rendait vraiment les choses plus difficiles», a déclaré Mirei. Et elle a raison: le temps passé devant un écran a été lié à des problèmes d’attention chez les enfants.9 Les enfants qui passent moins de temps avec les écrans réussissent cependant mieux à l’école10,11 et ont plus de temps pour interagir avec des adultes attentionnés.12,13,14

Sans aucun temps d’écran le matin, le début de la journée se déroule beaucoup plus facilement. Connie joue plus seule et prête mieux attention. Et, Mirei a constaté qu’ils avaient 15-20 minutes supplémentaires le matin, qu’ils utilisent pour profiter de leur promenade jusqu’à l’arrêt de bus et observer les oiseaux et les arbres sur leur chemin!

3 – Profitez de repas sans écran

Faites des repas un moment où votre famille peut parler de la journée sans être distrait par la télévision, les smartphones et les autres écrans.

Chaque fois que Maya, 6 ans, et Andrew, 20 mois, regardaient la télévision pendant les repas, ils ne mangeaient pas bien. Au lieu de se concentrer sur leurs repas, ils seraient distraits par ce qui se passait à la télévision. En fait, Maya disait à ses parents qu’elle en avait fini avec sa nourriture pour pouvoir se concentrer sur la télévision.

Sarai, la mère de Maya et d’Andrew, ont décidé qu’elle souhaitait qu’ils aient globalement moins de temps à l’écran. Elle a donc fait quelques changements dans les habitudes et les routines de sa famille. Sarai a fait plus d’art avec les enfants, a réduit son propre temps d’écran et a éteint la télévision quand personne ne regardait. Mais surtout, la famille est passée de la télévision allumée pendant 4 à 6 repas par semaine à un seul repas par semaine.

Les recherches montrent que les repas en famille sans écran encouragent une alimentation saine15,16 et que les enfants qui passent moins de temps avec des écrans mangent plus sainement17,18,19 – et c’est certainement vrai pour la famille de Sarai. Maintenant que la télévision est éteinte pendant la plupart des repas, les deux enfants sont moins distraits et mangent mieux. Maya mange jusqu’à ce qu’elle se sente rassasiée, et il y a plus de conversation familiale à table.

«Lorsque la télévision était allumée pendant les repas, il y avait du chaos, du bruit et de la distraction», a déclaré Sarai. «Bien que l’heure des repas puisse encore être un peu mouvementée avec deux jeunes enfants, c’est bien d’avoir plus de paix, de calme et de concentration pendant que nous mangeons. Maintenant, pendant le dîner, nous parlons en famille. Et après le dîner, comme la télévision est déjà éteinte, elle le reste généralement et les enfants jouent ensemble à la place. C’est une belle façon de terminer la journée. ”

4) Encourager le jeu sensoriel

Offrez des options de jeu faciles, comme le jeu sensoriel – qui donne aux enfants la chance d’explorer en utilisant leur vue, leur toucher et d’autres sens – pour engager les enfants pendant que vous faites des choses dans la maison.

Lorsque Jenny avait besoin de faire des choses dans la maison, elle utilisait fréquemment des écrans pour occuper sa fille de 2 ans, Avery. Lorsque Jenny a pensé à réduire le temps passé devant un écran pour sa fille, elle s’est demandée si elle pourrait trouver suffisamment d’activités sans écran pour occuper Avery. En fait, il y en avait!

Jenny a installé de l’eau et des jouets à l’évier de la cuisine pour qu’Avery puisse se livrer à des jeux sensoriels – des jeux qui donnent aux enfants la chance d’explorer en utilisant leur vue, leur toucher et d’autres sens. Parce que les jeunes enfants apprennent en explorant avec tout leur corps20, le jeu sensoriel est un excellent moyen de soutenir leur développement tout en les occupant.

Maintenant, Avery s’engage dans le jeu sensoriel pendant de longues périodes. Jenny est capable de faire les corvées pendant qu’Avery joue à proximité avec de la pâte à modeler et des fournitures artistiques, ou avec du savon et de l’eau dans l’évier de la cuisine.

«Lorsque je devais faire des tâches ménagères ou d’autres choses à la maison, je comptais souvent sur les écrans pour divertir ma fille», a déclaré Jenny. «Mais le jeu sensoriel la tient occupée pendant que je suis occupée, et elle aime vraiment ça. Nous avons même pu éliminer complètement le temps d’écran en semaine! »

Maintenant, Avery se divertit joyeusement à la maison et se livre à des jeux beaucoup plus dramatiques puisque son temps d’écran a été considérablement réduit. Avery ne semble pas manquer le temps d’écran et aime davantage les autres activités.

Le conseil de Jenny pour la mise en place du jeu sensoriel est de garder le nettoyage gérable. Elle suggère d’utiliser juste un peu de savon et quelques jouets soigneusement sélectionnés ou des articles de cuisine sûrs pour jouer à l’eau. Pour les activités artistiques, elle utilise une petite table pour contenir le désordre.

5 – Explorez l’extérieur

Passez du temps de qualité ensemble en planifiant des activités de plein air que toute la famille peut apprécier.

Depuis que la famille de Patrice a commencé à donner la priorité à passer du temps à l’extérieur ensemble, ils ont pu se faire de bons souvenirs ensemble. Tout a commencé lorsque Patrice a demandé à son mari de passer plus de temps de qualité avec leurs enfants, Isaiah (6 ans), Josiah (3 ans) et Patric Max (1 an). Pour ce faire, il a ajouté un toboggan, une balançoire et même un espace de camping à l’arrière-cour de leur ville.

Passer du temps dans la nature est important pour le développement sain de l’enfant21 et la recherche a montré que cela semble même réduire les symptômes du TDAH chez les enfants.22 De plus, comme l’a découvert la famille de Patrice, passer du temps à l’extérieur est tout simplement amusant!

La famille a commencé à inviter des voisins pour des feux de joie et du camping dans la cour, et lorsque la grand-mère des enfants est venue de la Jamaïque, ils lui ont montré comment faire des mœurs. La famille de Patrice a tellement aimé passer du temps ensemble à l’extérieur qu’elle a décidé de faire quelques excursions en camping pendant l’été.

Lors de leur premier voyage, la famille a laissé ses appareils à la maison – et c’était merveilleux! Patrice et son mari ont discuté pendant des heures ensemble, ce qu’ils n’avaient pas apprécié depuis longtemps. Au fur et à mesure que la famille a échangé du temps passé devant un écran pour plus de temps à l’extérieur, sa communication s’est considérablement améliorée. Non seulement Patrice et son mari ont maintenant plus de longues conversations ensemble, mais leurs enfants se parlent aussi davantage!

Le camping et l’exploration font désormais partie de la vie de la famille. En fait, Isaiah aime tellement le plein air qu’il a rejoint les Boy Scouts et a insisté pour qu’il installe la tente tout seul la prochaine fois que la famille partira camper.

«L’expérience que vivent les enfants maintenant qu’ils ont moins de temps à l’écran est tellement incroyable», a déclaré Patrice. «Les tablettes de mes deux fils aînés sont cassées. Je ne les remplace pas et ils ne les demanderont même pas. Nous nous amusons tellement à faire d’autres choses. »

6- Créez des Kits d’activités

Créez des kits d’activités en utilisant les fournitures dont vous disposez déjà pour occuper les enfants pendant les transitions et autres moments difficiles de la journée.

Lors des transitions ou des accalmies de la journée, Beverly utilisait des écrans pour divertir sa fille de 3 ans, Binah. Elle a réalisé que si elle avait plus d’activités prêtes à l’emploi, elle n’aurait pas besoin d’utiliser des écrans pour occuper Binah. Elle a donc décidé de fabriquer des kits d’activités remplis de jouets et de matériel qu’elle pourrait offrir à sa fille à tout moment.

Les trousses d’activités aident à réduire le temps passé devant un écran et peuvent également offrir des avantages développementaux aux enfants. Inclure des jouets comme des puzzles, des blocs et des jeux de formes dans un kit d’activités peut aider les enfants à développer des compétences spatiales, qui sont liées au succès dans les domaines STEM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) .23

Beverly est allée dans un magasin de chaussures local et a demandé des boîtes à chaussures, que le magasin a heureusement fournies gratuitement. Ensemble, elle et Binah ont décoré les boîtes et organisé les jouets et les fournitures artistiques dans des conteneurs séparés. Désormais, au lieu de chercher un smartphone ou une tablette pendant les transitions ou les temps d’arrêt, Beverly attrape un kit d’activités pour Binah.

Bien que Beverly dise que c’était un défi de s’organiser et de trier tous les jouets, cela en valait la peine. Puisqu’elle a un système pour changer les boîtes, les activités restent fraîches et amusantes pour sa fille. Beverly remarque que Binah joue de manière plus créative maintenant que ces activités incontournables remplacent le temps passé devant l’écran pendant la journée. Et Beverly se sent comme un parent plus organisé et plus confiant.

“Je me suis retrouvé à utiliser des écrans avec ma fille pour traverser des périodes de la journée où je n’avais pas de plan”, a déclaré Beverly. «Maintenant, en utilisant des jouets et des matériaux que nous avons déjà, je suis en mesure de lui offrir facilement des expériences enrichissantes à ces moments-là. Cela a totalement changé notre vie pour nous deux. ”

7- Limitez votre propre temps d’écran

Faites une pause de votre smartphone et des autres écrans pendant les périodes de la journée pour donner à votre enfant votre attention ininterrompue.

Même si la fille d’Adina, Shana, âgée de 2 ans, n’a jamais eu beaucoup de temps à l’écran, Adina a réalisé que réduire son propre temps à l’écran serait bon pour sa fille et leur relation. En modélisant un comportement sain devant l’écran, Adina pourrait aider Shana à adopter ses propres bonnes habitudes24. De plus, des activités sans écran comme la lecture ou le jeu avec des jouets permettent une communication de meilleure qualité entre les soignants et les enfants.25

Ainsi, les adultes de la famille ont commencé à limiter leur utilisation des smartphones et autres écrans en présence de Shana afin qu’ils puissent être plus présents avec elle et les uns avec les autres.

Après avoir réduit son propre temps d’écran, Adina a remarqué que le comportement et le jeu de Shana s’étaient améliorés, en particulier le soir. Avoir toute l’attention de sa mère quand Shana était fatiguée a calmé les choses et rendu leurs interactions beaucoup plus agréables.

«Avant, quand j’étais distraite par mon téléphone, elle devenait grincheuse et frustrée quand je ne me concentrais pas sur ce qu’elle essayait de me dire ou de me demander. Cela a entraîné un comportement indésirable et des interactions stressantes », a déclaré Adina. «Mais maintenant que je lui porte toute mon attention, nous évitons cela. Nous nous concentrons les uns sur les autres et avons maintenant un lien plus fort. »

Citations :

1. Manganello J.A., & Taylor C.A. (2009). Television exposure as a risk factor for aggressive behavior among 3-year-old children. Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine, 163(11), 1037–1045. http://doi.org/10.1001/archpediatrics.2009.193
2. Pressman, R., Owens, J., Schettini Evans, A., & Nemon, M. (2014). Examining the interface of family and personal traits, media, and academic imperatives using the Learning Habit Study. The American Journal of Family Therapy, 42(5), 347-363.
3. Vandewater, E. A., Bickham, D. S., & Lee, J. H. (2006). Time well spent? Relating television use to children’s free-time activities. Pediatrics, 117(2), 181-191.
4. Pressman, R., Owens, J., Schettini Evans, A., & Nemon, M. (2014). Examining the interface of family and personal traits, media, and academic imperatives using the Learning Habit Study. The American Journal of Family Therapy, 42(5), 347-363.
5. Barlett, N.D., Gentile, D.A., Barlett, C.P., Eisenmann, J.C., & Walsh, D.A.. (2012). Sleep as a mediator of screen time effects on US children’s health outcomes. Journal of Children and Media, 6(1), 37-50.
6. Magee, C.A., Jeong, K.L., & Vella, S.A. (2014). Bidirectional relationships between sleep duration and screen time in early childhood. JAMA Pediatrics – The Journal of the American Medical Association, 168(5), 465-470.
7. Marinelli, M., Sunyer, J., Alvarez-Pedrerol M., Iñiguez, C., Torrent, M., Vioque J., Turner, M.C., & Julvez, J. (2014). Hours of television viewing and sleep duration in children. JAMA Pediatrics – The Journal of the American Medical Association, 168(5), 458-464.
8. Valkenberg, P.M. (2001). Television and the child’s developing imagination. In D.G. Singer & J.L. Singer (Eds.) Handbook of children and the media (121-134). Thousand Oaks, CA: Sage Publications.
9. Swing, E. S., Gentile, D. A., Anderson, C.A., & Walsh, D.A. (2010). Television and video game exposure and the development of attention problems. Pediatrics, 126(2), pp. 214-221.
10. Pagani, L.S., Fitzpatrick, C., Barnett, T. A., & Dubow, E. (2010). Prospective associations between early childhood television exposure and academic, psychosocial, and physical well-being by middle childhood. Archives of Pediatric and Adolescent Medicine, 164(5), 425-431.
11. Pressman, R., Owens, J., Schettini Evans, A., & Nemon, M. (2014). Examining the Interface of family and personal traits, media, and academic imperatives using the Learning Habit Study. The American Journal of Family Therapy, 42(5), 347-363.
12. Courage, M.L., Murphy, A.N., Goulding, S., & Setliff, A.E. (2010). When the television is on: The impact of infant-directed video on 6- and 18-month-olds’ attention during toy play and on parent-infant interaction. Infant Behavior and Development, 33(2), 176-188.
13. Nathanson, A. I. & Rasmussen, E. E. (2011). TV viewing compared to book reading and toy playing reduces responsive maternal communication with toddlers and preschoolers. Human Communication Research, 37(4), 465-487.
14. Pressman, R., Owens, J., Schettini Evans, A., & Nemon, M. (2014). Examining the interface of family and personal traits, media, and academic imperatives Using the Learning Habit Study. The American Journal of Family Therapy, 42(5), 347-363.
15. Fitzpatrick, E., Edmunds, L.S., & Dennison, B.A. (2007). Positive effects of family dinner are undone by television viewing. Journal of the American Dietetic Association, 107(4), 666-671.
16. Woodruff, S.J., Hanning, R.M., McGoldrick, K., & Brown, K.S. (2010). Healthy eating index-C is positively associated with family dinner frequency among students in grades 6-8 from Southern Ontario, Canada. European Journal of Clinical Nutrition, 64(5), 454-460.
17. Harrison, K., Liechty, J.M., & The STRONG Kids Program (2011). US preschoolers’ media exposure and dietary habits: The primacy of television and time limits of parental mediation. Journal of Children and Media, 6(1), 18-36.
18. Tavaras, E.M., Sandora, T.J., Shih, M.C., Ross-Degnan, D., Goldmann, D.A., & Gillman, M.W. (2006). The association of television and video viewing with fast food intake by preschool-age children. Obesity, 14(11), 2034–2041.
19. Weicha, J.L., Peterson, K.E., Ludwig, D.S., Kim, J., Sobol, A., & Gortmaker, S.L. (2006). When children eat what they watch: Impact of television viewing on dietary intake in youth. Archives of Pediatric and Adolescent Medicine, 160(4), 436-442.
20. Schonkoff, J. & Phillips, D. (Eds.) (2000). From neurons to neighborhoods: The science of early childhood development. Washington, DC: The National Academies Press; and Healy, J. (2004). Your child’s growing mind: Brain development and learning from birth to adolescence (3rd ed.). New York, NY: Broadway Books.
21. Louv, R. (2013). Excerpt from Last Child in the Woods. Retrieved from: http://richardlouv.com/books/last-child/excerpt
22. Kuo, F.E. & Taylor, A.F. (2004). A potential natural treatment for attention-deficit/hyperactivity disorder: Evidence from a national study. American Journal of Public Health 94(9), 1580-1586.
23. Verdine, B.N., Golinkoff R.M., Hirsh-Pasek, K., & Newcombe, N.S. (2014). Finding the missing piece: Blocks, puzzles, and shapes fuel school readiness. Trends in Neuroscience and Education 3(1), 7-13.
24. Nathanson, A. I. & Rasmussen, E. E. (2011). TV viewing compared to book reading and toy playing reduces responsive maternal communication with toddlers and preschoolers. Human Communication Research, 37(4), 465-487.
25. Bleakley, A., Jordan, A.B., & Hennessy, M. (2013). The relationship between parents’ and children’s television viewing. Pediatrics, 132(2), e364-e371.